Tu as envie de coudre, d’apprendre ou d’approfondir.

Tu veux découvrir et maîtriser le geste et les techniques sous l’œil d’un professeur qui partagera avec toi son expérience et qui te guidera étape par étape.Tu rêves de manipuler les étoffes, d’en tirer tes propres créations en te nourrissant de la diversité des idées, des connaissances et facultés des autres élèves. Tu voudrais t’habiller d’une manière éthique avec les moyens que tu as. Et déjà, tu te réjouis de choisir un tissu de qualité, une couleur, un motif, un mètre ou deux de tissu tout plat dont tu sortiras une pièce. Une pièce unique. Tu espères même arriver à te débrouiller lors de réalisations plus complexes. Et tu te dis : Pourquoi ne pas le faire avec mes mains ?

Te voilà inscrit(e) au cursus Habillement à l’ILFoP.Tes attentes et toi, vous vous asseyez derrière une machine à coudre. Les cours y répondent et tu enfiles les années : première, deuxième, troisième, …

Il t’arrive pourtant de perdre et le fil, et les pédales. Il y a ce jour où tes compagnes te disent : Tu tires une drôle de bobine. C’est vrai qu’en cet instant précis, tu penses que tu n’as pas l’étoffe d’une couturière, que tu es là à t’acharner sur une pièce technique quand, chez toi, une pile de linge sale t’attend. Les copines rient avec toi de vos difficultés devant l’exercice, le prof t’encourage, te rend une explication. La bienveillance et l’ambiance chaleureuse du groupe te rendent confiance. Te voilà repartie dans le droit fil et remise d’équerre. Tu te sens bien et la pile de linge, tu t’en fiches !

Un jour, comme un aimant les épingles, tu attires les regards. « On croirait que ton pantalon a été cousu sur toi ! » Et tu es fière de ce pantalon sorti de tes mains. Tes mains qui deviennent sacrément habiles, mine de rien. C’est ainsi que, de fil en aiguille, tu poursuis le cursus.

Et, tandis que tu défiles sous les applaudissements lors du défilé bi-annuel organisé par l’école, tu te dis que cette inscription à l’ILFoP, en section Habillement, est la meilleure idée que tu aies jamais eue. »

S’habiller est un mode de vie.

Yves Saint-Laurent